Une après-midi à Doel

Les beaux jours annonçant l’arrivée imminente du printemps et après en avoir parlé pendant au moins 6 mois, il était temps d’organiser une sortie à Doel !

« C’est quoi Doel ? » demande Camille avec un regard septique. Doel est un village perdu au milieu du port d’Anvers qui a été évacué il y a 10 ans pour agrandir la zone d’activité portuaire. Il n’a finalement pas été rasé et les maisons sont aujourd’hui le lieu d’expression de tagueurs et autres Urban Artists venus d’horizon très différents.

Doel - Accueil Français Anvers - Pierre Fruitier-Roth

Bref ! Rendez-vous dimanche 12 mars à 14h. Après avoir rassuré les uns sur les questions de sécurité et reconfirmé l’heure et l’adresse aux autres, m’y voilà arrivée. Je regarde ma montre, 14h05, personne n’est là… Pas de doute, j’attends bien des Français ! Les premiers arrivent tout sourire ; il y a de quoi, la météo est parfaite !

Doel - Accueil Français Anvers - Pierre Fruitier-Roth

15h05, le dernier arrive ! La prochaine fois, on dira à Manu de prendre un GPS ! On se met en chemin et on avance gaiement dans les rues abandonnées…  Ah non ! Ça grouille de monde ! Touristes, motards, fans de tuning et voitures qui grondent, photographes et leurs mannequins plus ou moins charmantes, il y a de l’activité par ici ! Nous discutons un peu avec les gardiens du lieu et nous nous informons sur les derniers commérages du village ! Après avoir ainsi papoté et pris la pose, les gosiers sont secs ! Nous arrivons au café du coin. Après le nécessaire remue-ménage pour installer tout le monde, nos bières arrivent (Ouf !). On est au soleil, une boisson à la main, tout le monde converse joyeusement, on est bien ! Anouk et Liva nous proposent même des repas (fictifs certe, mais l’intention y est !)

Doel - Accueil Français Anvers - Pierre Fruitier-Roth

17h, c’est l’heure de rentrer ! Quoi que… Et si on allait se boire une bière au café Chat le Roi et manger à Burgers & Boozes ? Et comme on n’abuse jamais des bonnes choses et que la météo a un avant-goût d’été, nous terminons avec une merveilleuse glace italienne. Voilà ! Il est 22h passé, les jambes sont fourbues, les ventres sont pleins, nous rentrons sagement chez nous…

« A refaire ! » annoncent certains. Et ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd !

More from Louise Schwoob